Montmartre

C’est au point culminant de la capitale française que je vous invite à découvrir mon voyage olfactif.

De la place Saint Pierre, j’observe Montmartre, fier de son dôme blanc, qui se hisse à 130 mètres d’altitude. Pour atteindre ces hauteurs et accéder à la basilique du Sacré-Cœur, je choisis d’emprunter le célèbre funiculaire de Montmartre.

A la sortie de la cabine, j’ai le plaisir de découvrir un magnifique panorama de Paris, mais aussi d’être accueillie par une émanation à l’odeur de cacahuètes caramélisées. Je m’avance et découvre un vendeur de pralines au pied de la basilique qui prend plaisir à embaumer le parvis du Sacré-Cœur.

basilique

Je continue mon chemin et arrive rue du Chevalier de la Barre. J’essaye de faire abstraction des nombreux dessinateurs qui happent les passants en leur proposant un portrait. De nombreuses odeurs s’entremêlent. Tout d’abord, celle des boutiques de souvenirs où sacs, magnets et accessoires, arborant la Tour Eiffel se tassent. Toutes ces babioles qui attirent les touristes diffusent des émanations de plastique et de caoutchouc.

Celles-ci font concurrence au parfum de gouache qui s’échappe des magasins de peintures. Montmartre, réputé pour ses dessinateurs et ses peintres, renferme des dizaines de commerces présentant des œuvres sur le thème de Paris. Attirée par leur odeur qui me rappelle mon enfance, je m’engage dans l’une de ces galeries. L’odeur de peinture s’intensifie, à laquelle s’ajoutent celles du vernis, de la laque ou encore des toiles. J’observe avec admiration les réalisations des artistes sur la capitale : l’Arc de Triomphe, le Moulin Rouge, la Seine, la place de la Concorde ou encore Notre Dame; mais également des paysages typiquement français comme des champs de vigne.

Je sors de l’échoppe, et atteins la Place du Tertre, connue par les touristes comme étant l’un des lieux parisiens des plus authentiques. Comme pour confirmer et assurer cette réputation, un musicien entonne l’air de La Vie en Rose d’Edith Piaf au milieu des artistes assis devant leur chevalet. Je contemple attentivement les réalisations qui se trouvent tout autour de moi. Chaque artiste se différencie de l’autre par ce qu’il représente sur sa toile : portrait ou paysage; par son style : réaliste, caricatural, impressionniste ou abstrait; et par la couleur qu’il utilise: noir et blanc, vif ou aquarelle.

peinture.jpg

Mais ici, ce n’est plus l’odeur des estampes qui règne, mais celle des restaurateurs qui entourent la petite place. J’examine les tables qui se dressent autour de moi et constate que l’univers des restaurateurs est comparable à celui des artistes: chacun, par le style de la décoration, des nappes, des serviettes et des couverts choisis définit son style en fonction des plats proposés. Une brasserie servant principalement de la viande, des frites et du fromage diffuse un parfum semblable à celle d’une rôtisserie. Les plats, généreusement garnis, sont déposés sur des tables décorés de nappes à carreaux rouges et blancs. Plus loin, un restaurant sert des moules et divers fruits de mer dans une ambiance bleu marine et jaune. Mais celui qui retient le plus mon attention est celui qui répand une fumée à l’arôme de pâte dans toute la place. Dans un coin, se trouve Carette, qui propose à emporter crêpes, galettes, gaufres; mais aussi confitures et macarons, et qui fascine la clientèle étrangère, curieuse de voir la manipulation de la louche pour former la crêpe parfaite. Devant le comptoir, parfum de chocolat, de bananes et de confitures allèchent les badauds qui attendent patiemment que leur crêpe soit prête.

crepes

Ayant terminé mon exploration de la place, je décide de faire demi tour, et de regagner le parvis du Sacré-Cœur. Le vendeur de praline s’en est allé, et c’est alors une toute autre ambiance olfactive que je découvre. Des centaines de personnes observent le chanteur Nick Mallen qui interprète sa version de Ride des Twenty One Pilots. Au milieu de cette foule, je suis submergée par les odeurs de tabac, de bières, et de parfums gourmands portés par le jeune public.

nick mallen

Le froid se faisant davantage sentir, je décide de partir, enivrée par la multitude de ces odeurs.

 

Parfums Associés

 

odeur de sainteté

« Sainte Nitouche » – Odeur de Sainteté

 

« Magic Circus » – MiN New York

 

dali-parfum

« Dali » – Salvador Dali

 

2 commentaires sur “Montmartre

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :