59 Rivoli – Paris

Lorsqu’on pense Rivoli, ce sont généralement ses arcades, ses touristes et ses boutiques qui nous viennent à l’esprit. Nombreux sont ceux qui ignorent l’existence d’un terrain de jeu pour artistes, ancien squat devenu lieu de pèlerinage pour les amateurs d’art contemporain.
Pourtant peu discrète, la façade du n°59 de la rue de Rivoli représente à elle seule, une oeuvre d’art changeant d’apparence chaque année. C’est ici que se nichent une trentaine d’artistes qualifiés « d’électrons libres », certains étant permanents, d’autres temporaires.
Conscients de nous faire découvrir leur art, sans doute inconscients de l’ambiance olfactive qui s’échappe de leur symbiose, je les ai découverts à travers un parcours guidé par le nez, davantage que par les yeux.
À l’entrée, un simple comptoir que je dépasse, et j’arrive aux pieds de ce grand escalier en colimaçon, aux murs peints différemment entre chaque niveau. Symbole de ce lieu, je gravis les marches, jusqu’au premier étage. 
fullsizeoutput_1fc
À peine ai-je franchi l’entrée, qu’une odeur d’héliotrope, se mêlant à celle de la peinture atteint mes narines, tandis qu’en fond, un disque de Nirvana accompagne les artistes à l’oeuvre. Autour de moi, des tabliers tachés de toutes les couleurs, des mosaïques et des toiles captent ou diffusent «  le parfum du premier étage », ce jour là fier et tenace. 
Au deuxième étage, un rideau arborant la formule « Free Entrance » sert de porte olfactive et matérielle, derrière laquelle se dissimule des relents de café, de céréales et de cannelle, contrastants avec le décor rouge sang qui m’entoure.
fullsizeoutput_1f6
Je traverse une arche et trouve une atmosphère bien différente, mêlant odeurs de peinture, de cigarettes et de pain chaud. Celles-ci, futures oeuvres, peuvent apercevoir leur destin coloré accroché au mur. 
J’avance, dépassant installations, planches, feuilles et toiles et parviens jusqu’au troisième niveau, où je suis accueillie par un effluve de pierre froide et d’humidité. C’est ici qu’à été édifié « la Chapelle Sixtine du 59 Rivoli », comme s’amuse à l’appeler son créateur, Fransesco Bouhbal. Ravi de rencontrer les visiteurs, en quelques coups de crayon et quelques paroles échangées, il esquisse notre portrait et nous transporte dans son univers déjanté. 
fullsizeoutput_1e7
Après être passée sous un plafond de fleurs, malheureusement peu odorantes, j’arrive dans un coin où s’agglutinent des oeuvres, créées à partir de matériaux en tout genre : cheveux, tickets de métro, bouteilles en plastique : l’art contemporain à l’état brut.
fullsizeoutput_1e9
Cette antre, qui n’est autre que le musée Igor Balut, doit son existence et sa folie à l’artiste Gaspard Delanoë, véritable révolutionnaire, tant politique qu’artistique. 
Flottante, une exhalaison complexe de poussière, de bois et de plastique nous laisse imaginer la pléthore d’oeuvres qui s’amassent dans cette si petite surface. J’aperçois alors, presque caché, ce fantaisiste qui semble crouler sous ses allégories, empreintes de leur époque et de sa complexité. 
Je poursuis ma découverte, avec une odeur feutrée de colle qui émane de figures en papier mâché semblant presque vivantes. Volantes ou posées au sol, elles observent les passants qui ne remarquent pas leur doux parfum. 
fullsizeoutput_1f1
Je termine par le dernier étage, où une mandarine fraîchement épluchée fait régner une senteur ostensiblement gourmande et douce, tranchant avec celle du fixateur. Une dernière déambulation autour de réalisations toutes plus originales les unes que les autres et me voilà prête à redescendre cet escalier par lequel j’étais arrivée.
M’accompagneront tout au long de ce voyage au pays des électrons libres, le parfum d’une cigarette allumée et d’un marc de café.
fullsizeoutput_1eb
Chaque jour apporte sa touche olfactive, à vous d’aller découvrir son évolution.

Parfums Associés

 

Résultat de recherche d'images pour "le flacon aux abeilles par jon one"

« La Petite Robe Noire » – GUERLAIN

Flacon aux abeilles par JonOne

 

Capture d’écran 2019-01-30 à 14.54.57.png

Collection Andy Warhol You’re In – Comme Des Garçons

 

Résultat de recherche d'images pour "black opium"

« Black Opium » – Yves Saint Laurent

Note Café

4 commentaires sur “59 Rivoli – Paris

Ajouter un commentaire

  1. Margaux, tu nous as offert une nouvelle balade absolument délicieuse et parfumée, comme tu sais merveilleusement le faire. Un pur régal 🙏 de te suivre pas à pas dans ce décor unique, atypique et de pouvoir visualiser, sentir cette ambiance particulière sans aucune difficulté tellement on a l’impression de t’accompagner.
    L’article est fluide, agréable, coloré et parfumé, à tel point qu’on ne veut pas que ça s’arrête….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :