Souk Djerba

Désignée comme l’Ile des Lotophages dans l’Odyssée d’Omère, Djerba, est devenu aujourd’hui le refuge de nombreux touristes à la recherche d’une plage au sable fin et d’un savoureux cocktail, bien sûr inclus dans la formule all-inclusive de ces palaces qui s’ornent des prestigieuses 5 étoiles (étoiles provenant, à priori, d’une autre galaxie que celles des palaces de notre cher hexagone). 

Attraction principale des villégiateurs, le célèbre marché d’Houmt Souk, ou antre du marchandage, m’est apparu, paradoxalement au niveau de vie des tunisiens, comme une richesse olfactive. À chaque mètre parcouru, une nouvelle effluve, plus au moins agréable, nous interpelle, comme si celle-ci imitait ces marchands peu délicats. 

IMG_8677

En toile de fond, les gaz des pots d’échappement des véhicules de fortune nous agressent la gorge, en diptyque avec celle du gasoil qui semble s’évader du moteur. À chaque coin de rue, les relents de tajines et de couscous nous poussent à succomber à ces plats typiques, avec comme excuse déculpabilisante qu’ « en voyage, la culture se trouve même dans la nourriture ! ». 

IMG_8681

De chaque côté des allées poussiéreuses, les magasins aux mille odeurs se succèdent. À ma droite, un bric-à-brac propose des paniers en osier au parfum boisé, des savons parfumés et des épices. Essence même de la cuisine arabe, ces aromates nous attirent autant par leurs couleurs que par leurs arômes. Safran, cardamome, raz-el-hanout – aussi appelé « cache-misère » – fleurs d’hibiscus, thé à la menthe et plus encore, s’agglutinent dans des pots, dont les prix varient selon l’humeur du vendeur, ou selon la tête du client.

 

Centre névralgique d’Houmt Souk, la place du marché se blinde chaque jeudi de stands de fortune. De nombreux vêtements et accessoires dégagent leurs odeurs tantôt de plastique, tantôt de cuir, à travers lesquels nous distinguons les relents de pralines chocolatées et de barbe à papa. Plus loin, c’est avec un mélange d’affolement et d’empathie que je découvre un groupe de jeunes tunisiennes exaltées par le monticule de petits flacons en plastique sur lesquels sont inscrits à la main des noms comme « La Vie est Belle », « J’Adore » ou « One Million ».

Peu éblouie par les contrefaçons et le manque d’éthique de ce marché, je continue mon chemin dans le souk, où un mur fait de babouches me surprend avec sa puissante effluve d’agneau.

IMG_8676

Silencieuses, des céramiques aux couleurs locales semblent bien discrètes dans ce tumulte olfactif.

IMG_8679

Je finis mon parcours par la découverte des petites ruelles, loin du bourdonnement du marché, où seules les musiques arabes et les odeurs de lessive s’échappent des habitations.

IMG_8682

 

« Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en connaissent qu’une page »

Saint Augustin

Parfums Associés

 

Capture d’écran 2019-03-13 à 15.39.57.png

« Cinnabar » – Estée Lauder

(Notes de jasmin, de fleur d’oranger et de clous de girofle)

Capture d’écran 2019-03-13 à 15.45.12.png

« Safran Troublant » – L’Artisan Parfumeur

(Note de safran)

Capture d’écran 2019-03-13 à 15.55.11.png

« Loukhoum » – Keiko Mecheri

 

 

Un commentaire sur “Souk Djerba

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :